le loft à 3 orientations

programme

client

localisation

année

surface

coût

phase

principe constructif

réaménagement d'un loft

particulier

Paris

2010

150 m²

160 000 €

réalisé

structure métal | mobilier béton | vitrage intérieur


Contexte et programme

L’opération consiste en la reconfiguration d’un loft situé dans le 20ème arrondissement à Paris.
Possédant une hauteur sous-plafond de 4.50m environ, le plateau aménageable, d’une surface de 105m², est localisé au dernier niveau d’un hôtel industriel reconverti en logement. Il présente une double orientation SE / NO, et dispose d’une trémie zénithale donnant accès à une toiture terrasse de dimension équivalente à celle de l’appartement.
Le maître d’ouvrage souhaitait compartimenter partiellement le volume sur 2 niveaux pour créer 3 chambres, 2 salles de bain, 1 bureau, et divers espaces de stockage (éclairage naturel souhaité pour l’ensemble de ces espaces). L’accès à la toiture, difficilement praticable avant l’intervention, devait être fluidifié.

Concept lumière/acoustique

Compte tenu de ces paramètres, l’agence YVES ROUBY ARCHITECTURE a proposé d’articuler la conception autour de 2 axes principaux, l’apport de lumière naturelle dans toutes les pièces de l’appartement d’une part, et d’autre part, la qualité acoustique des volumes cloisonnés (isolement relatif des volumes superposés, diffusion et absorption interne).
Chacune de ces 2 thématiques est déclinées de la manière suivante, au travers d’un dispositif architectural central présenté ici en préambule :

. FAILLE DOUBLE HAUTEUR TRAVERSANTE :
L’appartement est scindé en 2 dans sa longueur par une faille double hauteur, alignée sur l’entrée et la trémie de la terrasse, dans laquelle se déploie un escalier en L donnant successivement accès à la mezzanine intérieure et à la toiture. Cette circulation commande l’ensemble des pièces de l’appartement, et constitue ainsi la colonne vertébrale de l’espace. Elle fait l’objet d’une mise en lumière particulière, par le biais de luminaires encastrés au sol.

. ACOUSTIQUE INTERIEURE :
Le positionnement de la faille double hauteur sépare le volume fermé en 2 entités : côté façade, le bloc des chambres et du bureau ; côté pignon, le bloc des salles de bain et des pièces techniques (WC, cellier, rangements). L’indépendance spatiale des blocs « nuit/travail » et « technique » permet d’assurer l’isolement acoustique. Le recoupement horizontal interne à l’appartement est réalisé côté chambre par le moyen d’un plancher collaborant (béton allégé), permettant de toucher à 2 objectifs acoustiques : d’abord, l’isolement entre chambre superposées par la masse du plancher ; ensuite, une acoustique non-résonnante, le plafond nervuré du bac laissé apparent jouant le rôle de diffuseur acoustique (ce même rôle est joué à l’étage pour les voûtains existants).

. LUMIERE NATURELLE :
Le bloc technique adossé au pignon s’ouvre sur la faille double hauteur par l’intermédiaire de vitrages hauts, la faille captant la lumière zénithale tout au long de la journée. L’ensemble des 3 chambres dispose d’un éclairage naturel direct en façade (pour les 2 chambres inférieures, une double hauteur localisée au droit des façades permet de bénéficier d’une large hauteur d’apports lumineux). Le bureau, ouvert sur la double hauteur du salon, bénéficie de la double exposition. La chambre et la salle de bain haute s’ouvre par ailleurs grâces à des vitrages fixes sur la double hauteur du salon, permettant des vues biaises vers le grand paysage situé derrière les baies du salon.

Composition

Le dispositif de la faille centrale permet simultanément d’assurer l’éclairage naturel des espaces, et d’isoler phoniquement les entités techniques « bruyantes » (salles de bain et WC) du bloc « travail/nuit » constitué par les chambres et le bureau. Plus encore, l’accès à la toiture, assuré par un escalier métal transparent (marches en verre), réalisé sur mesure pour l’opération (ouvrage de serrurerie), permet, au-delà d’une captation optimisée du flux lumineux, de mettre en scène la séquence d’entrée dans l’appartement, qui s’opère en arrivant sous l’escalier. En outre, l’ouverture de percements vers la pièce principale, dans la chambre et la salle de bain haute, ainsi que dans le bureau, compose un paysage de niches et d’intériorité visibles depuis le salon, auxquelles viennent s’ajouter des étagères et des rangements disséminés dans la profondeur de l’appartement (cuisine, îlot central, bibliothèque bureau, entrée).

| appartement | commande privée | réaménagement | vitrage intérieur | escalier vitré

copyright © 2010 Yves Rouby Architecture. Tous droits réservés